Éducation nationale

Éducation : derrière une dépense publique record, une inefficience de 16 milliards d’euros

5 min

La France se positionne au 22e rang des pays européens en termes d’efficacité globale de son système éducatif (primaire, secondaire et supérieur), très loin du trio composé de l’Irlande, l’Estonie et les Pays-Bas. Pourtant, sa dépense publique est supérieure à la moyenne des pays de l’OCDE.

Gabriel Attal, ministre de l'Éducation nationale
Gabriel Attal, ministre de l'Éducation nationaleFRANCOIS GREUEZ/SIPA

La dernière enquête de l’OCDE sur l’état de santé du système éducatif dans le monde, publiée le 5 décembre 2023, dévoile une chute historique du niveau des élèves français. Tous les trois ans, le classement Pisa évalue les connaissances et les compétences des élèves de 15 ans en mathématiques, en compréhension écrite et en sciences dans 81 pays développés.

Le niveau scolaire français poursuit sa baisse, englué dans le ventre mou du classement mondial (23e). Les jeunes Français plongent en maths, chutent en compréhension de l’écrit et en sciences. Le ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal, qui a présenté son « choc des savoirs » pour réformer le collège, déplore des résultats d’autant plus insatisfaisants que l’État dépense massivement dans le secteur. L’Hexagone figure parmi les pays les plus dépensiers en matière d’éducation.

Surinvestir n’est pas un gage de réussite

Le système éducatif, aujourd’hui grippé, est loin d’être abandonné financièrement par les pouvoirs publics. Érigée en grande cause nationale en 1985 par l’ancien ministre Jean-Pierre Chevènement, désireux d’« amener 80% d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat » - chose faite en 2022 -, l’éducation reste le premier poste de dépenses de l’État. En 2022, la France y a consacré près de 78 milliards d’euros dans le projet de loi de finances. À titre de comparaison, le budget alloué à la défense était de 59 milliards d’euros ; ceux de la politique de l’emploi et du fonctionnement de la justice représentaient respectivement 21 et 9 milliards d’euros.

Concernant les dépenses publiques, à savoir l’ensemble des coûts et de l’argent utilisés par l’État pour financer l’action éducative, le constat est similaire. Rien que sur l’année 2022, la dépense intérieure d’éducation (DIE) était de 180 milliards d’euros, soit une hausse de 85% par rapport à 1985. Avec 6,8% du produit...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous