Énergie

La filiale d’EDF Sowee met la clé sous la porte

5 min

ANALYSE - Créée en 2016, la société Sowee, fournisseur d’énergie, accuse entre 20 et 30 millions d’euros de pertes chaque année, depuis sa création en 2016. Un échec retentissant pour la filiale d’EDF. La maison mère réintègre ce mois-ci son fournisseur ainsi que ses salariés et récupère les 320.000 abonnés laissés sur le carreau. Samuel Furfari qui a travaillé 36 ans à la direction de l’énergie de la Commission européenne, livre son analyse de la situation du secteur de l’énergie français.

EDF
Véhicule d’intervention force d action rapide nucléaireMOURAD ALLILI/SIPA

Factuel. L'entreprise Sowee accuse de lourdes pertes, et vient d’être sauvée par sa maison mère EDF. Quelle était la spécificité de ce fournisseur d'énergie ?

Samuel FURFARI. La spécificité de Sowee n’était pas claire. C’était une filiale d’EDF qui vendait le gaz et l’électricité de sa société mère, sous un autre nom. Ils se sont vantés d’avoir une approche plus moderne avec des thèmes de communication plus performants et des outils connectés et plus innovants. Leurs technologies étaient censées attirer des clients connectés aimant l’innovation digitale. Selon moi, il s'agissait là de leur unique spécificité car au niveau des prix de l’électricité et du gaz, la filiale n’avait pas de réelle plus-value.

S’agit-il d’une conséquence de la libéralisation des tarifs du secteur sur la santé des entreprises ?

Non, parce que la concurrence est inéluctable et la demande est irréversible et donc les électriciens continueront à vendre de l’électricité. Mais il n’y a pas de libéralisation, le terme de libéralisation est faux, j’y consacre un chapitre dans mon livre Énergie, mensonges d'état (L'Artilleur). Les textes fondateurs de ce que vous appelez « libéralisation » s’appellent en réalité « ouverture du marché ». L'objectif était d’ouvrir le marché, ce qui veut dire qu’EDF devait pouvoir aller construire une centrale en Espagne ou en Lituanie et de la même manière une entreprise italienne devait pouvoir faire la même chose en Espagne ou en Grèce. C’est ça l’ouverture du marché, quand vous produisez de l’électricité dans votre pays, vous devez pouvoir aller la vendre ailleurs et cela n’a rien à voir avec la libéralisation.

Pourtant le terme de libéralisation est largement utilisé y compris par les pouvoirs publics…

Le terme est effectivement utilisé dans toute l’Europe alors que c’est une erreur monumentale, il n’y a pas de libéralisation. Non seulement, il n’y avait pas de libéralisation au début puisque,...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous