Ronds-points

Le business indécent des ronds-points

Chloé L’Afféter
6 min

Entre 500 et 1000 nouveaux ronds-points sont construits chaque année pour un montant total de six milliards d’euros. Une manne financière impressionnante pour les entreprises du BTP mais aussi un marché juteux pour une petite poignée d’artistes.

Rond-point élu le moche de France par des internautes
Rond-point élu le moche de France par des internautesCrédits : Google Street View, WikiCommons, captures d’écran

La France compte entre 55 et 65.000 ronds-points. Le dernier chiffre officiel donné par la DDE (Direction départementale de l'Équipement) en 2018 était de 50.000 ronds-points, et lorsque nous comparons le ratio entre la superficie du pays et le nombre de kilomètres de routes, la France est championne du monde dans ce domaine. L’éloge d’une création française ? Peut-être bien. Puisque c’est en 1907, qu’Eugène Hénard a perfectionné le concept du « rond de bienvenue » souvent présent à partir du XVIIe siècle devant le perron des manoirs et châteaux afin d’éviter des croisements hasardeux de calèches ou de carrosses. Mais l'idée du rond-point tel que nous le connaissons aujourd'hui provient de Grande-Bretagne, où la priorité à droite n'existe pas. L’idée est de laisser passer celui qui est déjà engagé et d'y circuler dans un sens antihoraire.

En 1976, à Quimper, le tout premier « rond-point à l'anglaise » est inauguré. Il est intégré dans le Code de la route dès 1983, marquant ainsi le début de la diffusion massive des ronds-points sur le réseau routier français.

Mais pourquoi un tel succès dans l’hexagone ? Pour Éric Alonzo, spécialiste des voiries et des ronds-points, la réponse est simple : « En 1983, avec la première décentralisation, la compétence d’urbanisme passe aux mairies. Les régions se sont fortement urbanisées, avec de nouveaux quartiers, des zones pavillonnaires, commerciales. Quand le réseau routier est nouveau, on construit plus de giratoires qu’auparavant. Pour les maires, le rond-point peut avoir un petit côté Louis XIV, poursuit Éric Alonzo. Les Français aiment les belles routes. À une époque, chaque maire voulait son rond-point. » Mais un rond-point coûte cher, jusqu’à un million d’euros pour certains.

Certaines villes vont trop loin dans les dépenses d'argent pubic

« Ils sont payés en partie par les communes, les départements et même l’État...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous