Italie

Berlusconi : famille et escort-girls se disputent des propriétés

5 min

La famille de l’ex-président du Conseil italien souhaite que ses anciennes compagnes quittent les propriétés qu’il leur avait offertes. Celles-ci ne l’entendent pas de cette oreille et sont prêtes à engager une bataille judiciaire pour les conserver.

Berlusconi

En Italie,

La famille Berlusconi semble bien décidée à récupérer les biens de l’ancien premier ministre. Deux femmes, témoins et prévenues dans l’affaire Ruby, plus connue comme « Bunga bunga », ont été invitées à quitter les résidences offertes par le magnat des médias dans lesquelles elles vivent. Alessandra Sorcinelli et Barbara Guerra affirment que ces habitations ont été offertes par Silvio Berlusconi et assurent en avoir les preuves. Les deux femmes n’excluent pas la voie judiciaire pour défendre leur droit de vivre dans des immeubles qu’elles considèrent de leur propriété.

Les deux jeunes femmes vivent dans deux villas jumelles de Bernareggio, à moins d’une dizaine de kilomètres de la fameuse résidence d’Arcore de Silvio Berlusconi, au nord de Milan. Ces immeubles ont été dessinés par l’architecte suisse Mario Botta et leur valeur est estimée à 850.000 euros. L’agence immobilière Dueville a intimé aux deux résidentes, par courrier en octobre dernier, de quitter les lieux d’ici la fin de l’année. Or, aucune décision judiciaire ne les oblige à partir. Selon la presse transalpine, l’entreprise appartiendrait à la famille Berlusconi.

Une compensation des préjudices

Le patriarche a offert ces habitations pour « compenser » le tort subi à cause des procédures judiciaires, et les « atteintes à l’image et à la réputation ainsi qu’à la carrière », selon Alessandra Sorcinelli. Cette femme de 38 ans d’origine sarde a accepté de témoigner par téléphone pour Factuel : « Je respecte le deuil de la famille, j’élabore encore le mien, confie-t-elle près de six mois après la mort de l’ancien premier ministre. Mais me chasser de la maison ? On plaisante ? ». Si les héritiers du magnat des médias se cachent réellement derrière cette affaire, ils « lui manquent de respect, ils ne respectent pas sa volonté, à savoir m’aider. » Elle est bien décidée à prouver que Silvio Berlusconi lui a...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous