Israël

Le chemin sinueux de la normalisation entre l’Arabie saoudite et Israël

Alexandre Aoun
5 min

Indépendamment du conflit entre le Hamas et l’armée israélienne à Gaza, l’Arabie saoudite n’a pas abandonné l’idée de normaliser ses relations avec Israël. Sous la houlette du prince héritier Mohammed ben Salmane, et avec la médiation américaine, Riyad entend arriver à un accord de paix sous conditions.

Mohammed ben Salmane
Le prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS)Aleksey Nikolskyi/SPUTNIK/SIPA

Le 16 janvier, au sommet économique de Davos en Suisse, une phrase du chef de la diplomatie saoudienne le prince Faisal Bin Farhan n’est pas passé inaperçue. Le ministre saoudien des Affaires étrangères a appelé à un cessez-le-feu immédiat dans la guerre entre Israël et le Hamas, tout en notant que l'Arabie saoudite serait « certainement » intéressée par un accord de normalisation avec Israël lié à une solution à deux États. Le diplomate a d’ailleurs précisé que Riyad était d’accord sur le fait que « la paix régionale signifie la paix pour Israël », mais que « cela ne peut se produire qu’avec un État palestinien ». 

Des propos qui font écho à ceux de l’ambassadeur saoudien au Royaume-Uni le 9 janvier dernier.  « Nous croyons toujours – après le 7 octobre – à la normalisation », a ainsi affirmé le prince Khalid ben Bandar sur les ondes de la BBC, tout en condamnant ouvertement les actions de l’armée israélienne à Gaza.

« Sans concession israélienne sur le dossier palestinien, sur le gel de la colonisation, la normalisation risque d’être caduque, constate Umar Karim, chercheur à l’université de Birmingham, Riyad ne peut pas se permettre de pacifier ses relations avec Israël sans contrepartie pour les Palestiniens, l’opinion arabo-musulmane reste très sensible à cette question », et l’Arabie saoudite l’a bien compris. En effet, selon un sondage du Washington Institute for Near East Policy publié en décembre dernier, 96% des Saoudiens sont favorables à une rupture complète des relations économiques et diplomatiques avec Israël.

L’administration Biden à la quête d’une victoire diplomatique au Moyen-Orient

Malgré une rue arabe profondément opposée à l’État hébreu, pour arriver à un cessez-le-feu à Gaza et permettre la libération de tous les otages israéliens, les États du Golfe seraient, selon un article du Financial Times paru le 18...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous