Indonésie

Pourquoi une telle indifférence de l’UE à l’égard de l’Indonésie ?

8 min

Ces dernières années, les spécialistes européens de la sécurité et de la politique étrangère, qu’il s’agisse des universitaires ou des praticiens, ont progressivement cessé d’employer la formule « Asie-Pacifique » au profit du terme « Indo-Pacifique », devenu à la mode aux États-Unis.

Djakarta
Djakarta, capitale de l’Indonésie, quatrième pays le plus peuplé au monde avec ses quelque 280 millions d’habitants. Creativa Images/Shutterstock

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.


Après trois décennies passées à privilégier le commerce et l’investissement dans un contexte multilatéral, le discours geoéconomique a cédé la place à un discours géopolitique centré sur « l’inflation des menaces » et sur la coopération en matière de sécurité. Après la France (2018), puis l’Allemagne et les Pays-Bas, l’UE a lancé sa Stratégie indo-pacifique en septembre 2021. Après une première édition en 2022, le deuxième forum UE-Indo-Pacifique s’est tenu à Bruxelles fin janvier 2024.

Qu’il soit question d’Asie-Pacifique ou d’Indo-Pacifique, ces formules et les discours qui les emploient ne permettent pas de dissocier les particularités des pays de la région concernée, à l’exception de la Chine, de l’Inde et du Japon. Après la fin de la guerre du Vietnam en 1975, l’attention européenne en Asie s’est largement déplacée vers l’Asie du Nord-Est – d’abord avant tout vers le Japon puis, progressivement, vers la Corée du Sud et désormais vers la Chine. L’expression « Asie-Pacifique » concernait en réalité surtout les relations économiques entretenues avec ces trois États, les pays de l’Asie du Sud-Est étant relégués au deuxième plan. Quant à la formule « Indo-Pacifique », elle désigne, pour l’essentiel, la vision géopolitique qu’a Washington de la rivalité sino-américaine, et ignore largement les objectifs et les actions propres des autres pays asiatiques surtout en Asie du Sud-est.

Le cas de l’Indonésie est particulièrement éclairant de ce point de vue. L’UE a pu à l’occasion souligner que l’Asean représente pour elle un partenaire soutenant un ordre international multilatéral et avec lequel elle a engagé des négociations pour un accord de libre-échange (le 24ᵉ sommet UE-Asean vient de se tenir à Bruxelles le 2 février 2024) ; mais le plus grand État de la région figure rarement dans les réflexions de...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous