Allemagne

Récession en Allemagne : « Le modèle néolibéral est en crise »

5 min

ANALYSE - Maître de conférences en économie à l’Université d’Angers, David Cayla est membre du collectif des Économistes atterrés. En 2022, il a publié Déclin et chute du néolibéralisme aux éditions De Boeck Supérieur, dans lequel il aborde la crise des subprimes et son impact en Europe. Pour Factuel, il revient sur la récession que traverse actuellement l’Allemagne.

Olaf Scholz
Olaf Scholz le 21 février 2024 à la chancellerie allemande

Factuel. Quels facteurs expliquent la récession que connaît actuellement l'Allemagne ?

David CAYLA. Juste avant la période Covid, avant la fin de l’année 2019, l’Allemagne avait déjà connu une récession. Cette nouvelle récession est en quelque sorte un retour à la normale, puisque le modèle allemand, à la fin des années 2010, était déjà en crise. Cette crise trouve son origine dans la nature du modèle allemand basé sur les exportations, essentiellement de biens d’équipement ou de produits de l'industrie chimique. Les débouchés dans ces secteurs se limitent et se contractent. À cela s'ajoutent les politiques protectionnistes à l’œuvre partout dans le monde, particulièrement aux États-Unis et en Chine. En effet, la Chine est un des grands débouchés de l’Allemagne, notamment pour les biens d’équipement. Or, ce pays est, lui aussi, en récession et tente de limiter sa dépendance vis-à-vis des Allemands et, plus largement, des Européens. La Chine connaît en plus une transition très forte, Pékin encourage le passage de la voiture thermique à la voiture électrique or, l’Allemagne n’est pas très bien positionnée dans ce secteur.

Il y a également des problèmes conjoncturels, parmi eux la crise du gaz, puisque l’industrie allemande se retrouve à devoir en importer massivement. Auparavant, les importations de gaz russe étaient peu onéreuses et acheminées par gazoduc. Maintenant que l’Allemagne n’y a plus accès, elle doit chercher ailleurs ses sources d'énergie, en important notamment du gaz naturel liquéfié, qui est bien plus cher, particulièrement lorsqu’il provient des États-Unis.

Qu’a fait Scholz ? Il coupe dans les dépenses publiques, il maintient le principe d’austérité budgétaire, alors qu’il faudrait, à l’inverse, réinvestir davantage dans l’économie mais aussi les infrastructures qui sont, notoirement, insuffisantes en Allemagne.

Quelles mesures prend l’Allemagne pour tenter de redresser son économie ? 

Le problème est qu’Olaf Scholz n’a, pour l’heure, aucune alternative. L’Allemagne n’a...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous