Littérature

« Dark romance », nouvelle poule aux oeufs d’or de l’édition

6 min

Avec plus de 6 millions de livres vendus en 2023, la France est le deuxième plus gros marché de la dark romance, derrière l’Amérique du Nord. Les collections spécialisées dans ces histoires d’amour sombres et violentes fleurissent.

dark Romance
Paula González Rojas Paula Gonzá/SIPA

Avec 500.000 exemplaires vendus et près de 8 millions d’euros rapportés à l’éditeur Hachette, la saga Captive de l’algérienne Sarah Rivens a bousculé l’économie de la dark romance, un sous-genre littéraire mettant en scène des histoires d’amour toxiques, violentes et abusives. « On a fait un premier tirage de 10.000 livres, ce qui est beaucoup pour un premier roman, et on a été en rupture en une heure », rapporte-t-on chez l’éditeur. Avec son volume 2, sorti début 2023, l’étudiante de 24 ans, qui cumule près de 19 millions de lecture sur la plateforme Wattpad, peut se targuer d’avoir détrôné les confidences du prince Harry (Le Suppléant) en se hissant à la première place des ventes.

Sarah Rivens, méconnue jusqu’ici, a été propulsée sur le devant de la scène littéraire. Elle est devenue en seulement quelques semaines la figure de proue d’un genre qui rapporte gros. En janvier 2023, ses ouvrages figurent dans le top 10 des meilleures ventes de livres en France.  « Sur 10 ouvrages reçus en une semaine, 4 sont de la dark romance. C’est deux fois plus qu’il y a trois ans. Ça marche très bien », explique à Factuel Sarah Berziou, fondatrice et éditrice chez Black Ink Editions.

Le business du tabou

Sous genre controversé, jugé malsain et transgressif pour ses contempteurs, la dark romance a fait irruption dans le monde littéraire avec succès et a désormais le vent en poupe. Avec plus de 6 millions de romans vendus sur l’année 2023 – alors que la période de Noël n’est pas encore passée –, la France est le deuxième plus gros marché de la dark romance, derrière l’Amérique du Nord. Pour comprendre l’engouement autour de ce phénomène littéraire, il faut se pencher sur les réseaux sociaux, où des influenceurs en font une promotion tous...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous