Internet

Internet : un nouveau monde sans cookies

6 min

La disparition programmée des cookies tiers sur Google Chrome est probablement une bonne nouvelle pour les internautes, mais elle menace potentiellement la survie économique de nombreux éditeurs de sites web. Enquête sur une révolution technique qui pourrait changer la face du web gratuit.

Google
Google Rafael Ben-Ari/Chameleons Eye/Newscom/SIPA

Les cookies : nous les connaissons depuis 30 ans et les acceptons quotidiennement, dès que nous visitons un site internet. Mais, depuis le 1er janvier 2024, Google a lancé la première phase de dépréciation des cookies tiers sur son navigateur Chrome, navigateur le plus utilisé au monde (65 %). Seulement 1 % des cookies tiers sont concernés pour l’instant, mais d’ici la fin de l’année, tous auront disparu de Google Chrome, désormais aussi « propre » que les navigateurs Firefox (Mozilla Foundation) ou Safari (Apple). « Nous sommes en train de vivre une révolution du marketing digital aux conséquences multiples, sur la protection des données privées des internautes, mais aussi sur le modèle économique de nombreux éditeurs de sites web qui est basé sur le ciblage publicitaire », met en perspective Guillaume Tollet, directeur exécutif de Fifty-Five, grande agence de publicité digitale fondée en 2010 par d’anciens cadres de Google.

La fin des traceurs

Pour comprendre le nouveau monde internet « cookieless » (sans cookie), rappelons ce que sont ces fameux cookies. Un cookie internet est un petit fichier texte stocké sur votre ordinateur ou votre téléphone par un site web que vous visitez. Il contient des informations telles que votre identifiant client, le contenu de votre panier d’achat, la langue d’affichage de la page web, ou un identifiant permettant de tracer votre navigation à des fins statistiques ou publicitaires. 

Les cookies peuvent être déposés par le site que vous visitez, ce sont les cookies first, ou par des partenaires commerciaux que l’on appelle cookies tiers. Certains cookies sont nécessaires pour le bon fonctionnement du site ou pour des fonctionnalités expressément demandées par l’utilisateur, et ne nécessitent pas de consentement. D’autres, qui ne correspondent pas à ces critères, le demandent. Les cookies peuvent être utilisés pour personnaliser l’expérience de navigation de l’internaute, mais aussi pour « tracer », certains diront « espionner »,...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous