Politique

Après l'affaire des Fonds Marianne, un nouveau patron à la Prévention de la délinquance

2 min
2 effets

Le nouveau secrétaire général du Comité interministériel de la prévention de la délinquance, le magistrat Etienne Apaire, intronisé vendredi 1er septembre, doit faire oublier les scandales et restructurer en profondeur son administration.

Apaire
La secrétaire d’Etat chargée de la Citoyenneté, Sonia Backes, et Etienne Apaire, nouveau secrétaire général du Comité interministériel de la prévention de la délinquanceFrédéric Crotta / FACTUEL

Exit le préfet Gravel et sa gestion critiquée du Comité interministériel de la prévention de la délinquance (CI-PDR). Place à Etienne Apaire, un magistrat à la carrière impressionnante dans les hautes sphères de la justice française. La tâche à laquelle il va devoir s’atteler s’annonce énorme : le sauvetage d’une institution marquée au fer rouge par le scandale des fonds Marianne.

En l’installant vendredi 1er septembre dans ses nouvelles fonctions, Sonia Backes, la secrétaire d’État chargée de la Citoyenneté, a été claire : « Nous voulons éviter de revivre ce que nous avons vécu. » Etienne Apaire sait à quoi s’en tenir. Il a donc pour mission de réorganiser le CI-PDR du sous-sol jusqu’au plafond et de le transformer, à l’horizon 2024, en une délégation interministérielle mieux structurée. Il devra pour cela digérer la lecture des différents rapports et audits commandés à la suite de l’affaire à différents niveaux de l’État : les deux audits de l’Inspection générale de l’administration, celui de la commission d’enquête sénatoriale et le rapport de la Cour des comptes.

Présenté par Sonia Backes comme « la bonne personne au bon endroit », le haut magistrat devra s’atteler également à la réécriture d’une stratégie de prévention de la délinquance, dont le cadre national vient à échéance en 2024. Ceci n’est pas une mince affaire en cette période troublée, notamment dans les banlieues, à l’aube d’échéances aussi importantes que les futurs Jeux Olympiques. Retisser les liens avec les enseignants, les élus et les préfets sera une autre priorité. En interne, il faudra également remotiver des équipes malmenées par les « affaires ». On le voit Etienne Apaire a fort à faire. D’autant que dans son champ d’action se trouve également la lutte contre les dérives sectaires. Le CI-PDR a la charge de la Miviludes, une institution très fragile, qui était en soins...

Nos recommandations

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous