Attaque de la gare de Lyon
Analyse

Attaque gare de Lyon : « Ce type d’attaque est quasi impossible à anticiper »

5 min

ANALYSE - L’auteur de l’attaque menée ce samedi 3 février à la gare de Lyon a été mis en examen pour « tentatives d'assassinat aggravées ». Pour Frédéric Lauze, secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale, ce genre d’attaques est amené à se reproduire en l’absence de « stratégie globale » de la réponse pénale.

Attaque au couteau gare de Lyon
Attaque au couteau gare de LyonChristophe Ena/AP/SIPA

Kassogue S., un Malien de 32 ans auteur de l’attaque sanglante au couteau et au marteau, menée gare de Lyon ce samedi 3 février, a été de mis en examen pour « tentatives d'assassinat aggravées ». Une première garde à vue avait été interrompue en raison de son état psychiatrique, jugé incompatible avec la mesure. Au cours de sa garde à vue, l’assaillant a reconnu son intention de « s'en prendre à des Français »

L’homme bénéficiait depuis 2016 d’une « protection subsidiaire » en Italie, un statut délivré lorsqu’une personne ne remplit pas toutes les conditions du droit d’asile. Selon le préfet de police Laurent Nuñez, il « suivait des soins dans un centre pour la santé mentale » à Turin en Italie avant son passage à l’acte. Trois personnes ont été blessées, dont une plus grièvement.

Pour l’heure, le Parquet national antiterroriste (Pnat) n’a pas été saisi. Le parquet a ouvert une information judicaire pour de faits de « tentatives d’assassinat et de violences avec arme, aggravés par la circonstance que les actes qui ont été précédés, accompagnés ou suivis de propos qui établissent en raison de leur appartenance, vraie ou supposée, à une prétendue race, ethnie, nation ou religion détérminée ». Il encourt la prison à perpétuité. 

FACTUEL. Que peut-on attendre de l’enquête policière concernant l’auteur de cette attaque ?

Frédéric LAUZE. L’enquête va d’abord porter sur les mobiles de cette attaque. Quels sont-ils ? Y a-t-il eu des actes préparatoires ? Quelles sont les motivations de l’assaillant ? Est-ce l'œuvre d’un déséquilibré, d’un homme souffrant de troubles psychiatriques ? Les rancoeurs antifrançaises que nous avons vues dans une vidéo sont-elles à l’origine de cet acte ? Y a-t-il un mobile terroriste ou djihadiste, ou est-ce purement gratuit ? Il peut également s’agir d’un profil « hybride » : dans certains cas, les troubles psychiatriques se jumellent avec d’autres motivations, d’ordre crapuleuses ou...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous