Faits divers

Cagnotte après le viol de Cherbourg : le frère de Mégane explique sa démarche

6 min

Thomas a décidé de lancer une cagnotte en ligne pour venir en aide à sa sœur, violemment agressée sexuellement à Cherbourg cet été. L’initiative a dépassé ses espérances.

illustration cagnotte viol cherbourg
Illustration.Léa Castanié pour Factuel.

« Mégane lit tous les commentaires qui accompagnent les dons, ça lui remonte le moral et lui fait beaucoup de bien depuis sa sortie du coma ». Thomas, 27 ans, est le frère de Mégane, victime d’une violente agression sexuelle avec torture survenue à Cherbourg le 4 août dernier. Oumar N., son agresseur, mis en examen pour « viol accompagné de tortures ou actes de barbarie », s’était introduit au domicile de Mégane aux alentours de 8 heures, alors que cette dernière se préparait à aller travailler. Après l’avoir violemment frappée, Oumar l’a agressée sexuellement à plusieurs reprises, particulièrement avec l’aide d’un manche à balais, lui entraînant des perforations multiples du côlon, de l’intestin grêle, du diaphragme et plusieurs fractures des côtes. Déjà accusé d’agressions sexuelles, notamment à l’encontre de sa petite sœur, Oumar N., 18 ans, faisait également régner la terreur dans son quartier du sud de Cherbourg où il résidait avec sa mère, qu’il aurait déjà également violentée, selon Le Figaro.

Le 24 août, Thomas et son meilleur ami, Alexandre, ont pris l’initiative de créer une cagnotte en ligne pour la jeune femme, espérant quelques donations. Moins d’un mois après sa création, 4.888 participants sont parvenus à réunir la somme de 125.480 euros.

« Je voulais trouver un moyen de l’aider car elle avait besoin de moi »

Bouleversé face à l’hospitalisation de sa sœur, placée dans un coma artificiel et dont la violence de l’agression a ému aux larmes le personnel médical mobilisé à son secours, Thomas reconnaît s’être senti démuni face à l’ampleur du drame. « Mes parents s’occupaient déjà de l’aspect juridique et médical, je voulais trouver un moyen de l’aider d’une autre manière, car elle avait besoin de moi », raconte-t-il à Factuel. Alexandre et lui se lancent sur l’application Leetchi. Intitulée « Solidarité pour la jeune femme victime de viols...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous