Aviation

MH370 : de nouvelles recherches maritimes devraient être menées

8 min

INFO FACTUEL - Les travaux d’une équipe d’experts aéronautiques français pourraient servir de base à une nouvelle opération de recherches au large de l’Australie. La disparition du vol MH370 reste à ce jour « le plus grand mystère de l’histoire de l’aviation civile ».

Avion
Le Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines (immatriculé 9M-MRO) décolle de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle en décembre 2011, moins de trois ans avant sa disparition le 8 mars 2014.

« Good night, Malaysia 370. » Tels sont les derniers mots prononcés par le commandant de bord malaisien, Zaharie Ahmad Shah, quelques secondes avant la disparition du MH370 des écrans radars. Il est 1h21, heure locale, ce samedi 8 mars 2014. C’est l’heure précise à laquelle le Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines disparaît, 38 minutes après son décollage de l’aéroport de Kuala Lumpur (Malaisie). L’avion, qui devait relier Pékin avec 239 personnes à son bord, s’évanouit dans la nature.

Plus de 9 ans après la disparition de l’avion, le mystère reste entier et continue de nourrir aussi bien la fascination du grand public que la perplexité des experts aéronautiques les plus aguerris. Comment un Boeing 777, un avion motorisé par Rolls-Royce, appartenant à la Malaysia Airlines, l’une des compagnies aériennes les plus sûres à l’époque, a-t-il pu disparaître sans laisser de traces ? Trois campagnes de recherche de l’avion ont eu lieu en 2014, 2016 et 2018, pour autant d’échecs. Mais les recherches pour retrouver l’épave et les boîtes noires du MH370 ne sont pas définitivement abandonnées, ainsi que Factuel a pu se le faire confirmer.

Le plus probable est que ces nouvelles recherches se fassent courant 2024.

« Je pense qu’on finira par trouver l’épave de l’avion. J’ai bon espoir », assure Jean-Luc Marchand. S’il n’est pas connu du grand public, Jean-Luc Marchand, ingénieur-satellite à la retraite, fait en revanche partie des spécialistes les plus reconnus parmi les « MHistes »,  surnom donné aux hommes et aux femmes ayant mené des investigations privées pour tenter d’élucider la disparition du MH370.

Jean-Luc Marchand a de bonnes raisons de penser que l’épave de l’avion sera un jour retrouvée. Avec Patrick Blelly, pilote de ligne et commandant de bord retraité, il a publié en février dernier une Analyse de la trajectoire du vol MH370. Surnommé « Hypothèse...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous