Éducation

Bourses étudiantes pour tous ou prestations ciblées : quel modèle choisir ?

6 min

Les aides publiques aux étudiants sont-elles adaptées et suffisantes ? La question revient régulièrement dans l’actualité. En 2014, 40 % des étudiants ayant leur propre logement étaient en situation de pauvreté monétaire.

En France, un rapport remis en juin 2023 au ministère de l'enseignement supérieur a conduit à une augmentation du montant des bourses.
En France, un rapport remis en juin 2023 au ministère de l'enseignement supérieur a conduit à une augmentation du montant des bourses.Shutterstock

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.


Les aides publiques aux étudiants sont-elles adaptées et suffisantes ? La question revient régulièrement dans l’actualité. En 2014, 40 % des étudiants ayant leur propre logement étaient en situation de pauvreté monétaire.

La crise sanitaire, puis l’augmentation de l’inflation ont conduit à une progression de la précarité et du recours à l’aide alimentaire, et montré les limites d’un modèle d’aide aux jeunes reposant implicitement sur le soutien financier des parents. Neuf parents d’étudiants sur dix disaient en 2014 aider financièrement leur enfant étudiant par des dépenses ou transferts, pour un montant moyen de 1600 euros mensuels.

Le Conseil d’Analyse économique préconisait en 2021 de revaloriser et d’étendre les bourses pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur, en soulignant plus largement les effets bénéfiques des dépenses liées à l’enseignement supérieur sur la croissance.

À la suite d’une large concertation sur la vie étudiante, un rapport remis en juin 2023 au ministère de l’Enseignement supérieur a conduit à une augmentation du montant des bourses, ainsi qu’à la création d’avantages supplémentaires tels que des repas à 1 euro pour les étudiants boursiers.

Bourses publiques et aides parentales : des transferts à étudier

Si les bourses sur critères sociaux, à l’instar de l’accessibilité des frais d’inscription, semblent un maillon essentiel dans l’accès des classes populaires aux études, leur incidence et leur capacité à remplir leurs objectifs restent mal connues.

Deux objectifs distincts peuvent leur être assignés : d’une part, améliorer les conditions de vie des jeunes, et d’autre part permettre aux familles modestes d’envisager des études supérieures pour leur enfant sans faire trop de sacrifices. Les deux ne sont pas antinomiques. Mais on comprend bien que, si les parents aident moins leur jeune grâce à l’obtention d’une...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous