Israël

« Boycott X » : la nouvelle application française de courses anti-Israël

L’application « Boycott X » lancée fin décembre par un jeune développeur français rencontre un succès inquiétant. Sous couvert de proposer gratuitement aux utilisateurs de « consommer avec conscience » lors de leurs achats en magasin, l’application a principalement un seul cheval de bataille : Israël.

Magasin Carrefour
Magasin Connecte de Carrefour ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

« Coca-Cola exploite une usine dans la colonie israélienne illégale d’Atarot, construite en Palestine occupée », telle est la phrase qui apparaît lorsque l’on utilise l’application « Boycott X » pour scanner des produits durant ses courses hebdomadaires. Présentée comme une application permettant de « consommer avec conscience » proposant de « prendre le contrôle de vos achats » en « découvrant la provenance de chaque produit en un instant » afin de transformer « votre smartphone en un puissant outil de consommation consciente », l’application « Boycott X », lancée fin décembre par le jeune développeur Chedy Eltabaa rencontre un franc succès sur l’Apple Store et Play Store. Parvenant à se hisser jusqu’à la 6ème place des applications « utilitaires » de l’Apple Store, « Boycott X », pourtant encore dans sa phase de corrections de « bugs » d’après son créateur, a déjà été téléchargée plus de 10 000 fois.

Une application qui s’acharne contre Israël

Coca-Cola, Volvic, Nestlé, Danone, mais aussi l’enseigne Carrefour, les fast-foods Mcdonald's, Burger King ou KFC, les marques répertoriées dans l’application sont très nombreuses à devoir être « boycottées » par les utilisateurs. Quand on utilise l’application, un message d’alerte en rouge permet de voir que le produit scanné ne rentrerait pas dans la catégorie « droits humains » dont les motifs sont très orientés. « Le propriétaire de la marque S. Pellegrino, Nestlé, détient une participation majoritaire dans Osem. Osem est un fabricant alimentaire israélien qui opère en Palestine occupée », peut-on lire lorsque l’on scanne une bouteille de San Pellegrino. 

Pour Burger King par exemple, ainsi que les autres fast-foods, l’application invite au boycott au motif que les chaînes soutiennent «Tsahal en fournissant gratuitement de la nourriture et des boissons aux militants israéliens ». Chaque scan et alerte sont accompagnés d’un lien vers une « source » qui varie selon l’accusation, allant de l’article...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous