Agriculture

Comment Bigard, géant du marché de la viande, dicte sa loi aux éleveurs

6 min
3 effets

ENQUÊTE 1/3 - En France, le secteur des abattoirs est monopolisé par le groupe Bigard. Face à son emprise, certains éleveurs cèdent à toutes ses conditions, comme de vendre leurs bêtes à pertes. Une hégémonie qui exacerbe la crise de l’élevage.

Vaches
Vaches de race Salers avec des vaches charolaises.RAPHAEL BLOCH/SIPA

Avec plus d'un million de bovins abattus chaque année sur le sol français, 2 steaks hachés sur 3 dans la grande distribution qui sortent de ses usines et sa marque populaire Charal, qu’on retrouve dans presque tous les supermarchés, difficile d’ignorer Bigard quand on s’intéresse au monde de l’élevage.

« Vous êtes obligés de passer par lui. Il a colonisé toute la filière », surenchérit auprès de Factuel un éleveur bovin implanté en Loire-Atlantique, qui souhaite rester anonyme. Cet anonymat sera exigé par la grande majorité de nos intervenants. Un impératif de survie économique résumé par André*, éleveur normand d’une cinquantaine de bêtes : « Si mon nom sort et que Bigard refuse demain de m’acheter mes vaches, qui va me les prendre ? »

Près de 90.000 éleveurs bovins fournissaient Bigard en 2021, selon les chiffres du groupe.

Bigard édicte les règles

Depuis la reprise de l’abattoir municipal à Quimperlé en 1968, l’entreprise familiale a fait du chemin. Son actuel PDG, le très discret Jean-Paul Bigard, ouvre dans les années 1990 l’ère fastueuse des acquisitions : Arcadie en 1995, Charal en 1997, Socopa en 2009. « Il a beau être dominant dans le bovin, son rêve a toujours été de racheter une marque de porc. Il a raté Madrange et Herta, et maintenant, à mon avis, il vise Fleury Michon », avance l’ancien PDG d’un grand groupe industriel qui a côtoyé l’entrepreneur dans l’intimité des cabinets ministériels. Un rêve qu’il est en passe d’accomplir puisqu’en 2022, il met la main sur les abattoirs et les outils de découpe de porc du groupe Avril, reléguant l’industriel Cooperl au rang de numéro 2 du secteur.

Avec ses 60 sites, composés d’une trentaine d’abattoirs d’animaux de boucherie, le géant de la viande règne aujourd’hui sur un immense réseau. Dans certaines régions, inutile pour les éleveurs d’aller voir...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous