Restauration

Données scientifiques, inconvénients de la vaisselle réutilisable… La portée écologique de la loi AGEC en question

8 min
3 effets

ENQUÊTE 3/3 - En place depuis le 1er janvier 2023, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire n’est toujours pas pleinement respectée. Outre ses difficultés de mise en place, le texte lui-même souffre de critiques, notamment d’un point de vue écologique.

Bérangère Couillard, secrétaire d'État à l'Écologie
La secrétaire d'État à l'Écologie, Bérangère Couillard.ISA HARSIN/SIPA

Présentée par le ministère de la Transition écologique, l’ambition de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) est claire : apporter des réponses aux « attentes des Français en matière d’écologie à travers des mesures de la vie quotidienne, grâce à une écologie du concret préservant les ressources et le pouvoir d’achat ». Lourdement critiqué pour son inaction climatique et même  condamné par le tribunal administratif de Paris en 2021, le gouvernement français s’était engagé à corriger le tir.

Faiblesse des études utilisées

La question du gaspillage et le passage vers une économie circulaire, qui « consiste à produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation et le gaspillage des ressources et la production des déchets », est devenue centrale. Selon le gouvernement, la loi AGEC permettrait d’éviter à la France la production de « 200.000 tonnes de déchets chaque année ». Un chiffre qui semble provenir du rapport de l’ONG écologiste Zero Waste sur McDonald’s. Publié en 2017, le document intitulé « Mcdonald’s, une politique déchets à contre-courant de l’économie circulaire » épingle l’enseigne de restauration rapide et lui enjoint d’adopter rapidement la vaisselle réutilisable afin de réduire ses emballages. Généralisée à l’ensemble des enseignes de fast-food, cette solution permettrait, selon Zero Waste, de réduire la production de déchets de « 180.000 tonnes » par an. Un chiffre proche de celui avancé par le gouvernement. Sollicitée par Factuel, l’ONG admet avoir été consultée par le gouvernement « au moment de l'écriture du projet de loi, au même titre que d'autres acteurs du secteur associatif et de l'industrie ».

McDonald's ne dresse pas le même constat que Zero Waste ; l'entreprise américaine estime même que « le bilan écologique du jetable est meilleur que si [elle avait] de la vaisselle réutilisable ». En cause, l'importante « consommation...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous