Sciences Po

Enquête à Sciences Po : profs et étudiants se confient sur la face cachée de l’école

EXCLU FACTUEL - Pour Factuel, plusieurs professeurs et étudiants ont accepté de témoigner des dérives qu’ils observent depuis plusieurs années à Sciences Po Paris. Convoqué par la direction juste avant l’incident du 12 mars dernier, un étudiant déplore l'attitude de celle-ci sur la question de l’antisémitisme.

Sciences Po a
Sciences Po au 27 rue Saint-Guillaume à Paris ACau/SIPA

« Lorsque je lui ai rappelé que Rima Hassan a fait l’apologie du terrorisme et tenu des propos ouvertement antisémites, l’une des membres de la direction a nié de la tête et m’a dit qu’elle n’avait pas été condamnée par la justice. J’ai alors énuméré pour elle les faits antisémites qui ont eu lieu à l’IEP depuis le 7 octobre, entre l’arrachage des affiches d’otages, les menaces et altercations, et elle m’a répondu que, pour elle, cela ne relevait pas de l’antisémitisme », témoigne Maxime Loth, étudiant à Sciences Po Paris et président de la section du Printemps républicain au sein de l'école.

Une direction « déconnectée »

Le 6 mars dernier, Maxime Loth est convoqué par l’une des membres de la direction de Sciences Po Paris après avoir témoigné auprès de plusieurs médias, dont i24NEWS des insultes et menaces qu’il pouvait recevoir de la part de ses camarades après avoir dénoncé la venue de Rima Hassan, activiste franco-palestinienne, comme conférencière lors d’une soirée tenue le 5 mars dans l’IEP. « La venue de Rima Hassan et Rony Brauman (ex-président de Médecins sans frontières, NDLR) a exacerbé les tensions, je recevais des insultes sur les réseaux sociaux d’étudiants, pour certains dans ma classe, qui me traitaient de “toutou de l’État terroriste israélien”. Le problème n’était pas le débat, bien au contraire, mais les intervenants. Rony Brauman avait déjà dit en 2016 que pour lui, le port d’une kippa était un signe d’allégeance à l’État d’Israël ce qui est antisémite », insiste Maxime Loth.

Lorsqu’il pénètre dans le bureau, la première chose que lui signifie son interlocutrice, l'une des membres de la direction de l'IEP, c’est sa surprise face à son intervention sur i24NEWS, qu’elle aurait trouvé « exagérée ». Après lui avoir rappelé qu’il s’était contenté de rappeler les propos entendus tels...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous