Politique

Mansour Kamardine, député de Mayotte : « Les délinquants n’auront pas le dernier mot »

2 min

ANALYSE 1/2 – Le député LR de la 2ème circonscription de Mayotte depuis 2017 a œuvré pour la transformation du 101e département français. Il insiste sur la nécessité de renforcer les forces de l’ordre sur le territoire pour lutter contre le phénomène migratoire.

Affrontements à Mayotte
Durant près de deux semaines, de violents affrontements ont eu lieu entre les jeunes de deux villages limitrophes (Iloni et Dembeni). Si la tension est redescendue dans ce secteur, c'est tout le reste de l'ile qui est désormais en proie a nouvelle flambée de violences.GREGOIRE MEROT/SIPA

FACTUEL. En tant que parlementaire, demandez-vous à l’exécutif la mise en place d’une deuxième opération Wuambushu ?

Mansour Kamardine. Nous avons eu l’occasion de le faire lorsque le chef d’État Emmanuel Macron nous a reçus à l’Élysée le 7 octobre 2023. J’ai pu lui demander directement de renouveler cette opération. La première a été écourtée puis interrompue à la suite du déclenchement des violences urbaines dans l’Hexagone, en juin 2023. Il faut la recommencer, car beaucoup d’objectifs étaient assignés à l’opération. Nous avons besoin d’une deuxième opération, même d’une troisième. Ma conviction est qu’il faut déclencher l’opération maintenant, car après, cela risque d’être trop tard, notamment avec l’organisation des Jeux Olympiques dans l’Hexagone.

Il est temps d’envoyer un message très clair aux candidats à l’immigration à Mayotte : ils ne seront pas tranquilles car on ne peut plus les accueillir ici. D’où la nécessité de procéder également à des modifications législatives. Il y a des attentes à ce niveau-là assez fortes de la part à la fois des parlementaires mais aussi des populations locales.

L’une des difficultés est également liée au contrôle des voiliers qui viennent de Madagascar, et notamment de l’île de Nosy-Be. Nous attendons beaucoup de la loi immigration pour déposer des amendements qui permettront aux policiers d’aller au-delà des eaux territoriales, pour procéder à des contrôles, y compris de ces voiliers.

Doit-on renforcer la présence des forces de l’ordre à Mayotte, en lui accordant une autonomie sécuritaire vis-à-vis de l’Hexagone ?

Sans doute aura-t-on besoin de paramétrer vers le haut les forces de police et de gendarmerie présentes sur le territoire. Jusqu’ici, on a considéré que Mayotte était peuplée d’à peu près 180.000 habitants. Or, il y en a 450.000 !

Le premier objectif est d’accepter que la population réelle est bien supérieure à la population légale. Il faut donc en...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous