Santé

Origine du Covid-19 : l'Académie de médecine suspecte une recherche dangereuse

Brice Perrier
6 min
2 effets

La recherche sur les coronavirus pourrait-elle avoir provoqué le Covid ? C'est la question que pose l'Académie de médecine, où cette hypothèse a été présentée comme la plus probable.

Laboratoire chinois
Un laboratoire médical de Pékin, le 4 décembre 2021 (illustration).CHINE NOUVELLE/SIPA

Mardi 18 avril s'est tenue à l'Académie de médecine une séance dédiée à un sujet qui a longtemps été tabou dans la communauté scientifique. Intitulée « De l'origine du SARS-CoV-2 à la virologie/biologie dangereuse », elle a pointé de façon très explicite la possibilité que la pandémie de Covid-19 puisse résulter d'un accident lié à la recherche en virologie. « C'est étonnant de voir une institution habituellement perçue comme conservatrice laisser ainsi clairement entendre que le SARS-CoV-2 proviendrait d'un laboratoire », nous confiait au terme de cette séance François Graner, biophysicien directeur de recherche au CNRS, l'un des premiers à s'être sérieusement penchés en France sur cette question. Avec une poignée d'autres chercheurs, il a été à l'origine de la création d'un collectif international de scientifiques, « le groupe de Paris », qui a publié en mars 2021 une première lettre ouverte réclamant une véritable enquête sur les origines du Covid, qui prendrait donc en compte l'éventualité d'un accident de laboratoire. Une hypothèse alors largement considérée comme complotiste. La lettre a interpellé jusqu'à la direction de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et contribué à rendre possible un débat. Aucune institution scientifique française ne l'avait toutefois mis à son ordre du jour jusqu'ici. L'initiative de l'Académie de médecine constitue donc une première, d'autant plus singulière que « le message délivré est bien plus affirmatif que tout ce que l'on a pu dire dans nos lettres ouvertes, qui demandaient seulement qu'un débat existe », relève François Graner.

Organisée par deux académiciens, la virologue Christine Gouzioux et le médecin et biologiste Patrick Berche, la séance a débuté par une intervention de Marc Eloit, virologue à l’Institut Pasteur. Il a dirigé au Laos des recherches qui ont permis de découvrir les coronavirus de chauve-souris génétiquement les plus proches du SARS-CoV-2, dont l'un, dénommé Banal-52, présente une identité de...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous