Agriculture

Quels sont les programmes bruxellois dans le viseur des agriculteurs ?

4 min

Stratégie « de la ferme à la fourchette », inflation législative, Green deal, normes administratives imposées aux exploitants, surtransposition des directives… Dans plusieurs pays européens, les agriculteurs et exploitants se révoltent contre des normes qu’ils jugent excessives. Bruxelles et en particulier la Commission européenne sont sous le feu des critiques, à quelques mois des élections du Parlement européen.

Barrage d'agriculteurs
Barrage d'agriculteurs sur l'autoroute A6 le 31 janvier 2024 Vincent Loison/SIPA

Partie des Pays-Bas, où les éleveurs se sont opposés aux mesures du gouvernement en matière de réduction du cheptel, la grogne des agriculteurs s’est propagée dans de nombreux pays européens ces dernières semaines. Révoltés face à la concurrence déloyale et aux accords de libre-échange, les agriculteurs roumains et polonais dénoncent l’importation de produits céréaliers non taxés mais aussi d’aliments ne respectant pas les normes européennes. 

Une crise qui s’étend également en Allemagne puis en France, à la suite des mesures en vigueur sur le gazole non routier et en raison du poids des taxes. Mais la fronde du milieu agricole a une cible commune, Bruxelles, car c’est au niveau européen qu’est fixée la politique agricole commune à laquelle tous les pays membres sont soumis. Il est notamment reproché à la Commission européenne d’asphyxier la profession, par une surcharge administrative mais aussi la complexité des normes en vigueur. Le mouvement de colère des agriculteurs gagne depuis le jeudi 1er février le Portugal, avec des blocages d'autoroutes à travers le pays, en particulier aux abords de la frontière espagnole. Un mouvement été lancé en dehors des syndicats pour dénoncer notamment les prix bas et les faibles revenus du secteur. Quelles sont les réformes dans le viseur des agriculteurs européens ?

La stratégie « Farm to fork » ou la décroissance agricole (2020)

Épicentre de l’écologie politique de la Commission Européenne, cette stratégie voulue par Bruxelles tend à transformer l’agriculture dans l’Union et à « rendre l’alimentation plus saine et plus durable en Europe ». Mettant au cœur des ambitions un changement drastique de consommation des européens, il est cependant très critiqué par les exploitants, et combattu politiquement par les bancs de la droite, qui pointent une « écologie de la décroissance ». Un rapport de la fondation Ifrap datant de juillet 2022 prévoit que la production...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous