Seconde Guerre mondiale

Sur la piste des 86, mémoires d’un crime nazi : « Une sinistre découverte » (1/5)

8 min

SÉRIE 1/5 – plus de 70 ans, des particuliers, associations, chercheurs, militants, journalistes, médecins et anonymes se sont battus pour rendre leur identité et leur dignité à 86 personnes juives, victimes d'une expérimentation pour constituer une collection anatomique par des scientifiques nazis. 

Camp nazi

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.


Avertissement : certains témoignages, particulièrement insoutenables, peuvent heurter la sensibilité des lecteurs et des lectrices.

Ce crime est survenu en Alsace en 1943. Cet épisode est longtemps resté ignoré de la mémoire collective. Je m’appelle Jeanne Teboul, je suis anthropologue et j’ai enquêté sur celles et ceux qui ont mené ce combat contre l’oubli. Dans ce récit inédit, je reviens sur les détails de cette histoire tragique, et retrace la mémorialisation complexe de ce crime dans la société alsacienne contemporaine.

Épisode 1 : Une sinistre découverte

« En décembre 1944, les troupes alliées qui libèrent l’Alsace découvrent à l’Université de Strasbourg des cadavres morcelés, probables pièces à conviction d’un crime de guerre nazi. La justice militaire française ouvre une enquête : d’où viennent ces corps ? Qui étaient ces victimes ? »

Strasbourg. 1er décembre 1944. La deuxième division blindée du général Leclerc pénètre dans l’enceinte de l’Hôpital civil de la ville, tout juste libérée ce 23 novembre.

Le commandant Gabriel Raphel se dirige vers l’Institut d’anatomie de l’Université. Henri Henrypierre, un préparateur en anatomie employé de l’Institut, aurait affirmé au bureau militaire du général Leclerc avoir reçu, en août 1943, des cadavres encore tièdes, les yeux grands ouverts. Selon lui, ces personnes « avaient été gazées ».

Vertige. Dans les caves de l’Institut, Gabriel Raphel découvre une quantité indéfinie de corps et fragments de corps immergés dans l’alcool. Certains portent d’énigmatiques séries de chiffres tatouées sur les avant-bras : 107969, 106569, 42329, 119801…

Les Alliés sont alors engagés dans la campagne d’Alsace qui vise à ramener dans le giron français cette région disputée depuis la guerre franco-allemande de 1870, et annexée par le Reich en 1940. La sinistre découverte de Strasbourg les confronte aux probables crimes commis par les nazis en territoire...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous