Télévision

« Je dérange, je le sais » : Cyril Hanouna face aux députés de la commission d'enquête

6 min

Auditionné ce jeudi devant la commission d’enquête parlementaire pour l’attribution des fréquences TNT, l’animateur star de la chaîne C8 a dénoncé un « acharnement » visant à le « faire sortir du paysage audiovisuel ».

Cyril Hanouna
Cyril Hanouna devant la commission parlementaireJacques Witt/SIPA

Tout de noir vêtu, tiré à quatre épingles, loin de l’exubérance verbale et vestimentaire qu’il affiche de manière quotidienne dans son émission Touche pas à mon poste, Cyril Hanouna est passé sur le gril parlementaire.

Après Pascal Praud, Sonia Mabrouk, Laurence Ferrari, Maxime Saada (patron de Canal+) ou encore Vincent Bolloré (propriétaire du groupe Canal) mercredi, c’était donc au tour de l’animateur le plus controversé du PAF d’être entendu devant les députés de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur l’attribution des fréquences de la télévision numérique terrestre, ce jeudi 14 mars. « Ça vous va comme ça ? », demande-t-il tout sourire face à une horde de photographes. Celui pour qui la télé « était un rêve » s’est dit « très heureux d’être là même si beaucoup pensent que c’est une sanction pour moi ». Et ce même, jusqu’à voir dans cette audition, créée à la demande de La France Insoumise, une « chance » pour « expliquer ce (qu’il) fait au quotidien ».

« Mon franc-parler et ma liberté dérangent »

Alors qu’il avait annoncé qu’il n’honorerait pas cette convocation, Cyril Hanouna s’est ravisé pour finalement répondre aux questions des députés. Deux heures et demie d’audition durant lesquelles le pilier de C8 ne s’est jamais départi de son personnage de « showman ». Avec TPMP, Cyril Hanouna s’est félicité d’une émission populaire, celle « qui aura le plus marqué les années 2010 ». « C8, c’est la première chaine de la TNT aujourd’hui » a-t-il justifié. Un succès loin d’être étranger à sa personne selon le principal intéressé : « Je pense que ça tient à ma personnalité. Les gens aiment le fait que je dise les choses (…). Il y en a deux qui prennent des risques en télé, c’est moi et Pascal Praud », s’est exclamé l’animateur.

Lancé en 2010 sur France...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous