Escroquerie

Comment j’ai arrêté « l’arnacoeur » de Tinder en cavale

EXCLU FACTUEL - Aurélien A., surnommé « l’arnaqueur de Tinder français », a été condamné à deux ans de prison ferme en septembre dernier pour vols et escroqueries à l’encontre de nombreuses femmes. L'escroc qui mentait sur sa véritable identité est parvenu à fuir la prison lors d’une permission. Depuis, recherché par les forces de l’ordre, il a sévi à nouveau, avant d’être démasqué par Samantha* qui a permis son arrestation ce lundi 25 mars. Elle témoigne pour raconter le rôle qu’elle a joué et comment elle a failli faire elle aussi partie des victimes.

Tinder
TinderYassine Mahjoub/SIPA

« Quand j’ai compris qui il était, j’atterrissais en France et devais le rejoindre aussitôt dans l’aéroport. J’étais pétrifiée, mais il fallait que je cache mes émotions pour qu’il ne puisse pas fuir et faire d’autres victimes. Je devais gagner impérativement du temps », raconte, d’une voix ferme, Samantha tout juste sortie d’une affaire qui aurait pu prendre un tournant bien plus dramatique.

Aurélien A. 32 ans, connu des services de police belges et français pour ses manipulations et escroqueries à l’encontre de nombreuses femmes qu’il a pu séduire par le mensonge et l'abus de faiblesse, était censé purger sa peine en prison, prononcée lors de son procès en septembre 2023. Se disant tour à tour chirurgien, avocat d’affaires ou encore riche héritier, Aurélien se présente auprès de ses victimes sous des noms d'emprunts : Charles-Robert Kabla Schneider, ou James Jacob Kempinski, des pseudonymes qu’il parfait d’un passé qu'il rend crédible à grands renforts de détails. Profitant d’une permission accordée durant sa peine de prison, Aurélien s'est enfui avant de tomber dans un café Starbucks du quartier d'Opéra à Paris sur Samantha qui va devenir sa nouvelle proie.

Un modus operandi minutieux

Le mercredi 13 mars, Samantha est attablée dans ce café avec son petit frère et son oncle, revenu des États-Unis. Tous trois conversent et font au passage la connaissance d’un mystérieux inconnu, visiblement âgé d’une trentaine d’années, qui décide d’engager la conversation avec eux en profitant d’avoir entendu des bribes de leur conversation. « Il est intervenu spontanément car il a entendu que mon frère cherchait du travail à New York et nous a dit qu’il serait intéressé, étant new-yorkais et ayant des boîtes dans la tech là-bas. On s’est dit que ce serait une coïncidence folle que mon frère puisse trouver du travail comme ça, même si j’ai un peu tiqué sur son accent que je ne trouvais pas très américain », se remémore Samantha, alors vigilante mais intriguée.

Celui qui se présente comme un certain Edward Coleman propose au jeune homme de se retrouver pour discuter d’une opportunité professionnelle et échange au passage avec Samantha leurs profils Linkedin. « Lors de la discussion avec mon frère, il en apprend un peu plus sur moi : mon âge, mes investissements immobiliers et le fait que je sois commerciale, ce qui semble l’intéresser. Il m’écrit pour me proposer d’aller boire un verre le lendemain avant son retour...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous