Terrorisme

Menaces contre les établissements scolaires : « Cela ressemble à une opération planifiée »

3 min

ANALYSE - Plus d’une centaine d’établissements scolaires sont visés depuis plusieurs jours par des menaces de bombes et de décapitation, envoyées via des plateformes numériques de l’éducation (ENT). Pour Éric Henry, délégué national du syndicat Alliance Police Nationale, il est indispensable de traiter ces menaces avec le plus grand sérieux.

Soldats devant une école à Paris
Soldats devant une école à ParisSipa

FACTUEL. Que sait-on à ce stade concernant les messages d’alerte à la bombe et les menaces visant directement plus d’une centaine d’établissements scolaires sur l’ensemble du territoire ?

Éric HENRY. Nous en sommes à environ 200 collèges et lycées touchés par ces menaces à travers toute la France. Ces menaces se font toujours via la plateforme numérique ENT de l’Éducation nationale et sont accompagnées de messages de revendication de Daech. Il y a parfois des menaces de décapitation. Dans la plupart des cas, une vidéo de 12 minutes montrant un terroriste habillé en tenue militaire, parlant parfaitement français et expliquant comment frapper à mort un individu. Nous avions trouvé une vidéo similaire qui circulait en 2016 et qui provenait de l’État islamique. Cela ressemble donc à une opération d’envergure, planifiée et organisée. S’agit-il de plaisantins ou d’une ingérence étrangère, d’un piratage informatique ? Nous n’avons pas encore la réponse à ce stade de l’enquête.

Étant donné l’afflux de menaces ainsi que le nombre important d’établissements scolaires visés par ces menaces, est-il possible de les traiter de manière identique ?

Dès lors qu’elles touchent un établissement public, toutes ces menaces sont bien évidemment prises au sérieux. Ensuite, c’est aux préfectures, en lien avec les parquets et les commissariats, d’apprécier la gravité de la menace et de proposer une réponse adéquate. L’analyse de la menace se fait bien évidemment avec les établissements scolaires concernés. Certains établissements ont vu leur sécurité renforcée et de nombreux policiers ont été mobilisés en renfort. Dans les cas d’alerte à la bombe, nous mettons en place un périmètre de sécurité avec une équipe de démineurs et une équipe cynophile. Dans la très grande majorité des cas, une réponse sécuritaire est apportée : évacuation jusqu’à la levée du doute et/ou périmètre de sécurité aux abords de l’établissement. Les protocoles de sécurisation sont...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous