Finances

Le Sénat veut réviser la niche fiscale qui permet d’investir dans le cinéma

Pierre Kister
7 min

Créé dans les années 1980 pour offrir au cinéma français de nouvelles sources de financement, le dispositif SOFICA est dans le viseur d’un rapport sénatorial, qui estime qu’elle « déroge au droit commun ».

cinéma sofica

On les reconnaît aux génériques des films par ces noms étranges, parfois ceux de banques, bardés de numéros : La Banque Postale Image 6, Palatine Etoile 20, Cinémage 17... Elles, ce sont les SOFICA, acronyme de Sociétés pour le Financement de l'Industrie Cinématographique et Audiovisuelle, des produits financiers créés annuellement (d’où les numéros) par des banques ou des sociétés de financement, dont les clients sont des particuliers, qui bénéficient d’une réduction d’impôt en échange d’un investissement dans la production de films ou de séries. Une niche fiscale peut-être trop avantageuse, selon le sénateur Roger Karoutchi (Les Républicains), qui pointe, dans un rapport sur le financement public du cinéma, les dérives d’un avantage fiscal « exorbitant » et de son plafond de déduction « qui déroge au droit commun ». Mettant en avant l’augmentation du nombre de films financés et constatant qu’il y aurait chaque année « trop de films produits » face à « la capacité d’absorption des salles et du public », le sénateur appelle à une révision du système des SOFICA pour la prochaine loi de finances de 2024, où sera voté le renouvellement du dispositif – renouvelé tous les trois ans.

Une niche fiscale trop avantageuse ?

Avec un avantage fiscal qui peut être porté à 48%, alors que l’avantage fiscal moyen est à 36%, et un plafond d’investissement à 25% du revenu, et 18.000 euros par foyer – contre 10.000 euros pour la plupart des autres niches fiscales – le dispositif SOFICA est parfois sous le feu des critiques. « Mais il faut rappeler que le cinéma est une économie très fragile », insiste Guillaume Sorne, le délégué général de l’Association de Représentation des SOFICA (ARS), soulignant qu’il faut augmenter la taille...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous