Trafic de drogue

« Uber shit », répression… Les Français, plus gros consommateurs de drogue d'Europe

9 min

La France est championne d’Europe de consommation de drogue. Selon l’Observatoire français des drogues (OFDT), près d’un Français sur deux a déjà fumé du cannabis. Un chiffre bien supérieur à celui de nos voisins européens et ce alors que l’Hexagone est le pays du Vieux continent le plus répressif en la matière.

Trafic de drogue
La CRS 8 déployée à Nice contre le trafic de drogueAlain ROBERT/SIPA

Si l’Hexagone est peu habitué à truster la première place des classements européens, en matière de stupéfiants, la France est médaille d’or. D’après le dernier rapport de l'OFDT, publié en 2022, 46% des Français âgés entre 15 à 64 ans ont consommé du cannabis au moins une fois dans leur vie. Ils devancent largement leurs voisins Danois (38,4%) Espagnols (37,5%) ou encore Allemands (28,2%), bien loin de la moyenne européenne aux alentours des 27%. Si le cannabis reste la substance préférée des Français (850.000 fumeurs quotidiens), il n’est plus le seul à être présent sur le marché de la drogue. Depuis quelques années, c’est au tour de la cocaïne d’inonder le territoire. Devenue abordable, autour de 50 à 70 euros le gramme, elle est de plus en plus prisée par nos compatriotes et notamment les plus jeunes qui délaissent lentement le cannabis au profit des drogues dures. En France, 600.000 personnes fument régulièrement de la cocaïne, ce qui en fait le troisième pays qui en consomme le plus, derrière l’Espagne et la Grande-Bretagne.

Contrairement aux idées reçues, les plus gros consommateurs ne sont pas les jeunes

Cocaïne, kétamine, ecstasy… L’offre de produits stupéfiants n’a jamais été aussi grande en Europe. Et la France ne fait pas figure d’exception. Entre 2008 et 2017, 68 substances différentes ont été recensées dans l’Hexagone. Les drogues de synthèse, comme la MDMA ou l’ecstasy, compteraient environ 400.000 usagers dans l’année. « Avant c’était soit la cocaïne soit le cannabis. Maintenant, vous avez le choix entre toutes sortes de substances. La nouveauté attire », constate Stéphane Billard, médecin psychiatre et addictologue à la Clinique de l’Odet à Quimper.

Ce n’est pas un hasard si les Français sont champions dans la prise d’anxiolytiques

Face à une offre diversifiée, un prix très avantageux et une grande accessibilité,...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous