JO Paris 2024

Après analyse, l’eau de la Seine toujours loin d’être baignable

5 min
3 effets

ENQUÊTE 2/3 – Factuel a sollicité l’expertise d’un cabinet indépendant, qui pointe le taux trop élevé de bactérie E. Coli dans les eaux de la Seine, futur théâtre de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques et de trois épreuves de natation.

prélèvement eau seine
Prélèvement d'eau de la Seine pour analyse de la qualité, en Seine-Saint-Denis.Christian Bellavia/SIPA

En 1988, Jacques Chirac, candidat à l’élection présidentielle, promet qu’il ira « se baigner dans la Seine devant témoins, pour prouver que la Seine est devenue un fleuve propre ». Le fleuve fait alors l’objet d’un arrêté préfectoral, qui en interdit la baignade, depuis le 19 août 1923, pour cause de pollution et de navigation fluviale. Trois décennies plus tard, c’est Anne Hidalgo, maire socialiste de Paris, qui reprend la promesse non-tenue de l’un de ses prédécesseurs. Le 5 avril dernier, elle annonce sur Twitter : « Se baigner dans la Seine à Paris, certains en ont rêvé, beaucoup en ont parlé et dès l'an prochain ce sera une réalité. Cette ambition collective sera enfin rendue possible grâce aux Jeux de #paris2024. »

Si certains s’imaginent déjà reproduire la scène de La Grenouillère, sur lequel Renoir peint des familles se baignant dans la Seine, la réalité est différente. Ce n’est pas la Seine qui sera ouverte aux baigneurs, mais trois bassins – face à l’île aux cygnes dans le 15e arrondissement ; à l'île Saint Louis dans le 4e ; au Port de Bercy dans le 12e arrondissement. À ce jour, et même si l’espace ouvert aux nageurs est restreint, la baignabilité semble largement compromise.

Après analyse de la qualité de l’eau de la Seine, c’est baignade interdite

Factuel a contacté un laboratoire du groupe Carso spécialiste dans l’analyse des eaux usées, afin de pouvoir rendre compte du taux de bactérie Escherichia Coli, qui contient des matières fécales, et incompatible, à un seuil trop élevé, avec la baignade.

Nous avons prélevé un flaconnage au niveau des quais de Seine dans le secteur des Invalides à Paris. 48 heures plus tard, Virginie Bornu, la responsable bactériologie du laboratoire Carso, annonce les résultats : « Les analyses microbiologiques attestent d’un taux de 4678 E. Coli...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous