États-Unis

Gérald Olivier : « Trump est adulé par toute une Amérique »

9 min

ANALYSE - Gérald Olivier est journaliste et vit entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine et observateur de longue date de la politique outre-Atlantique, il revient ici sur les primaires républicaines après le retrait du candidat Ron DeSantis.

Militants de Donald Trump
Militants de Donald Trump à Laconia dans le New HampshireMichael Nigro/Sipa USA/SIPA

Factuel. L'abandon de Ron DeSantis à la primaire républicaine était-elle écrite d'avance ? Le pensiez-vous capable de concurrencer Donald Trump dans ce scrutin ?

Gérald OLIVIER. Il est toujours facile de s’exprimer après coup, mais oui c’était écrit d’avance et Ron DeSantis a fait une erreur en se présentant. Il aurait dû attendre 2028 et s’engager derrière Trump pour 2024.  En renonçant très tôt dans le processus des primaires (pour l’instant seulement deux États sur cinquante ont voté, l’Iowa et le New Hampshire) et en déclarant son soutien à Donald Trump, il a corrigé en partie cette erreur.

Pour beaucoup d’électeurs républicains, Ron DeSantis est l’héritier légitime de Trump. Ils n’ont pas la même personnalité mais ils ont une volonté commune de démanteler « l’État profond », de s’attaquer à la corruption qui gangrène Washington, et de dénoncer la culture « Woke » pour ce qu’elle est, à savoir un assaut destructeur contre les États-Unis, contre les fondements du rêve américain et contre les valeurs occidentales en général.

Donald Trump n’a effectué qu’un mandat présidentiel. Une majorité d’électeurs républicains considère que l’élection de 2020 lui a été volée. Il a donc une double légitimité à se présenter en 2024. Dès lors le mieux pour les Républicains aurait été de faire corps derrière lui dès le départ.

L’annonce de sa candidature par DeSantis en mai 2023 a surpris les observateurs. Trump avait déjà à l’époque la main mise sur le parti et une majorité de ses électeurs. Le défi était considérable. Peut-être a-t-il pensé que Trump serait embarrassé par ses affaires judiciaires et forcé de renoncer ? Il voulait donc se présenter en recours. Mais ce faisant, il s’est attiré l’antipathie de supporters qui ont vu en lui un ambitieux ingrat, car ses propres succès en politique doivent aussi beaucoup à la façon dont Trump a montré...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous