Faits divers

Mort de Nahel : Carl Tarade, la victime oubliée des émeutes en Guyane

4 min

La Guyane n'a pas échappé à la montée des violences en réponse à la mort de Nahel. Le 29 juin, Carl Tarade a été tué d'une balle perdue alors qu'il se trouvait chez lui, à Cayenne, au moment où des émeutiers prenaient son quartier d'assaut.

Guyane
Carl Tarade, tué le 29 juin à Cayenne, et sa fille, Emeraude.photo personnelle.

Jeudi 29 juin, après la mort de Nahel, tué par le tir d'un policier à la suite d'un refus d'obtempérer mardi 27 juin, des émeutes font rage dans toute la France métropolitaine. Les DROM-COM sont également touchés par ce mouvement. La Guyane, l’île de la Réunion et la Martinique sont le théâtre d’affrontements violents entre les émeutiers et les forces de l’ordre.

En Guyane, c’est près du quartier Mont-Lucas, situé en plein centre de Cayenne, que les affrontements sont les plus violents. Dans la nuit du 29 au 30 juin, un homme sort sur son balcon au rez-de-chaussée alors que le voisinage est plongé dans le chaos. Carl Tarade vient d’acheter une nouvelle voiture et il est inquiet lorsqu’il apprend que les manifestants incendient des véhicules au hasard. Il échange quelques messages avec sa compagne dans lesquels il manifeste son désarroi. Au même moment, à quelques dizaines de mètres, la télévision guyanaise interroge un gendarme sur l’opération de maintien de l’ordre qui est en cours pendant qu’une colonne de policiers quitte la cité. C’est alors qu’au milieu des cris, un coup de feu retentit. Au loin, un hurlement de douleur. Un homme appelle à l’aide, puis le silence. Sur son balcon, protégé par des barreaux, Carl vient d’être touché au thorax par une balle de 9 mm. Il décèdera quelques minutes plus tard, seul dans son appartement, alors qu’il essayait d’atteindre la porte d’entrée.

L’homme de 54 ans a été tué par un tir provenant d’un des émeutiers, non identifié,...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous