Samuel Paty

Samuel Paty : le PNAT requiert le renvoi de huit majeurs

11 min

Factuel revient sur le parcours des accusés dans l'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty. Le Parquet national antiterroriste a requis le renvoi de huit majeurs devant une cour d'assises spéciale et de six mineurs devant le tribunal pour enfants.

Samuel Paty.
Un rassemblement en hommage à Samuel Paty, le 18 octobre 2020.CELINE BREGAND/SIPA

« Chronique d’une mise à mort ». C’est en ces termes que le Parquet national antiterroriste (PNAT) désigne dans son réquisitoire définitif, rendu le 7 avril dernier, l’engrenage fatal ayant entraîné l’assassinat de Samuel Paty par un islamiste tchétchène radicalisé, Aboullakh Anzorov, le 16 octobre 2020. Le terroriste ayant été abattu par les hommes de la Brigade spécialisée de terrain (BST, unité de la police nationale), il ne sera évidemment pas jugé. Le PNAT a néanmoins requis le renvoi de 14 personnes devant la justice, dont 6 mineurs, lesquels seront quant à eux jugés devant le tribunal pour enfants.

Z. Chnina, l'élève qui a menti : née en 2007 à Poissy. La jeune fille est scolarisée en classe de 4e 5 au moment des faits. Le mercredi 7 octobre, la principale du collège du Bois d’Aulne, Audrey Fouillard, décide d’exclure pour deux jours Z. Chnina en raison de problèmes disciplinaires répétés. Cette sanction est motivée par les « colles » non effectuées et un comportement irrespectueux envers ses professeurs et les surveillants de l’établissement. Le motif : «  retenues non faites, non-respect du port du masque, non-respect des adultes, plusieurs croix dans le carnet ». La notification de l’exclusion est aussitôt mise en ligne sur l’Espace numérique de travail (ENT) à l’attention de ses parents Chnina.

Auprès de ses parents, Z. Chnina impute toutefois à son professeur d’histoire-géographie, Samuel Paty, le fait d’avoir été exclue de son cours car elle refusait de voir les caricatures de Mahomet « tout nu », présentées la veille par l’enseignant à ses élèves dans le cadre d’un cours d’EMC sur la liberté d’expression.

En réalité, Z. Chnina n’a pas assisté au cours de Samuel Paty le mardi 6 octobre. La jeune fille a séché le cours et était absente toute cette journée. Cette absence avait même été justifiée par sa mère,...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous