Jeux olympiques

JO de Paris 2024 : le cauchemar commence

5 min

Livraisons de colis à anticiper, télétravail à privilégier, risque élevé de saturation dans les transports… De plus en plus de difficultés se dessinent à l’approche des JO de Paris en Île-de-France.

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024MARIO FOURMY/SIPA

Le cauchemar ne fait que commencer pour les Franciliens, à un peu plus de cinq mois des JO de Paris 2024. Sur son site internet dédié pour « Anticiper les Jeux », le ministère des Transports invite, « dans la mesure du possible », à « anticiper vos commandes de colis pour que ces derniers soient livrés avant le 24 juillet, après le 8 septembre ou entre les deux olympiades, soit entre le 12 et le 27 août 2024 ».

« Si cela n’est pas possible », le ministère des Transports recommande de « consulter les prévisions de circulation pendant les Jeux afin de privilégier des livraisons à des heures et des jours avec moins de trafic », « privilégier des livraisons à vélo ou à pied », « privilégier un point relais en dehors des périmètres de sécurisation (zones rouges et bleues) » et de s’informer « sur les prévisions et restrictions de circulation ».

Le gouvernement invite à rester chez soi

La semaine dernière, le gouvernement a lancé une campagne pour inciter les Franciliens à télétravailler pendant les JO. « Pour gagner du temps pendant les Jeux, l’important c’est de télétravailler », est-il affiché dans les stations de métro et gares d’Île-de-France. En décembre, l’ex-ministre des Transports Clément Beaune et la présidente de la région Valérie Pécresse avaient déjà enjoint « tous ceux qui le peuvent à télétravailler » pendant les JO.

En novembre, une circulaire de l’ancienne première ministre Élisabeth Borne préconisait d’aller au-delà du maximum de trois jours de télétravail par semaine dans la fonction publique, en s’appuyant sur un article l'autorisant dans le cadre de « circonstances exceptionnelles ». Les agents publics pourront poser plus de jours de congés que le maximum habituel autorisé sur leur compte épargne temps (CET) en 2024.

Galères en vue...

Nos recommandations

Vous aimerez aussi

s
partagez

Partagez une information avec notre rédaction

Factuel Media. Les faits sont têtus, nous aussi.

Découvrez encore plus

abonnez-vous